rendement oléicole

Forum général
Gérard Poli
Messages : 6
Inscription : 13 juin 2005 17:09

rendement oléicole

Message par Gérard Poli » 09 déc. 2008 08:44

Bonjour.
J’ai qques oliviers à La Fare Les Oliviers (BdR)
J’obtiens en moyenne 1 litre d’huile avec environ 6 kilos d’olives, soit un rendement autour de 16%.
On me dit qu’à Oraison (Alpes de Haute Provence) on atteint des rendements de 28%, soit guère plus de 3 kilos pour obtenir un litre d’huile !
Je suis impressionné et j’y crois pas.
Où trouver une statistique sur les rendements ?
Cordialement.
G. Poli

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: rendement oléicole

Message par abdallahaghrab » 09 déc. 2008 21:23

Le potentiel moyen des variétés en matière de teneur en huile sur matière humide atteint rarement ce chiffre de 28% (par exemple ce taux est de 20,5% pour l’Arbequine et 22% pour le Picual). Le rendement industriel dépend, en plus de la variété, des conditions de trituration (système, température et durée de malaxage, ajout des adjuvants technologique, la réalisation de la deuxième centrifugation ou non…), de la période de récolte et de l’humidité des olives. L’humidité des olives agit de deux manière : baisse de rapport huile/poids humide et difficulté d’extraction de l’huile. Des stress hydrique et nutritionnel (principalement en matière de K) durant la phase d’accumulation de l’huile et problèmes d’illumination peuvent aussi réduire le rendement gras.

Salutations

Abdallah AGHRAB

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: rendement oléicole

Message par Edy Spagnol » 09 déc. 2008 23:49

Bien le bonsoir a tous

Cela ne serait pas 1kg d'huile, pour 6 kilos d'olives ?

Un litre fait 0.918 Kg

Pour ma part je suis allé de
7.9 Kg D'olives pour 1 kilo huile :oops:
A
3.9 Kg D’olive pour1 kilo huile :idea:

Et aucune année n’est identique en 54 ans
Les conditions météo on été les plus grands perturbateurs, comme la pluie cette année qui a commence une semaine avant la récolte, et a durée presque 16 jours en continue plus de 300mm
La récolte en volume Olives « en Kilogramme » pour « ’un olivier » ce sont toujours les mêmes qui me servent de test
Exemple sur un même olivier 40/55 ans et sur une terrasse ou le sol est profond
- 52 Kg Olives saison sèche 4.8 Kg pour faire 1 kg Huile
- 78 Kg Olives saison sèche 5.3 Kg pour faire 1 kg Huile
- 126 Kg Olives saison sèche 5.8 Kg pour faire 1 kg Huile

- 59 Kg Olives saison humide 5.6 Kg pour faire 1 kg Huile
- 74 Kg Olives saison humide 6.1 Kg pour faire 1 kg Huile
- 116 Kg Olives saison humide 6.7 Kg pour faire 1 kg Huile

Exemple sur un même olivier 40/55 ans et sur une terrasse Haute où la roche mère est dans les 50 cm de profondeur environ
- 36 Kg Olives saison sèche 4.2 Kg pour faire 1 kg Huile
- 28 Kg Olives saison sèche 4.0 Kg pour faire 1 kg Huile
- 51 Kg Olives saison sèche 4.3 Kg pour faire 1 kg Huile

Exemple sur un même olivier 40/55 ans et sur une terrasse sur où le sol est profond
Récolte a MATURITE 5/6

- 61 Kg Olives saison sèche 4.9 Kg pour faire 1 kg Huile
- 47 Kg Olives saison sèche 5.4 Kg pour faire 1 kg Huile
- 78 Kg Olives saison sèche 5.8 Kg pour faire 1 kg Huile

Exemple sur un même olivier 40/55 ans et sur une terrasse sur où le sol est profond
Récolte a MATURITE TOTALE OLIVE FRIPEE

- 48 Kg Olives saison sèche 3.9 Kg pour faire 1 kg Huile
- 68 Kg Olives saison sèche 4.1 Kg pour faire 1 kg Huile
- 86 Kg Olives saison sèche 4.5 Kg pour faire 1 kg Huile

Exemple sur un même olivier 40/55 ans et sur une terrasse Haute où la roche mère est dans les 50 cm de profondeur environ
Récolte a MATURITE TOTALE OLIVES FRIPEE

- 26 Kg Olives saison sèche 3.9 Kg pour faire 1 kg Huile
- 32 Kg Olives saison sèche 4.0 Kg pour faire 1 kg Huile
- 33 Kg Olives saison sèche 4.1 Kg pour faire 1 kg Huile

Ce ne sont pas les seules conditions qui font évoluer ces MESURES, juste pour avoir une idée
Par contre « Fruité Vert », « Fruité Mur » ou « Fruité NOIR » c’est un choix personnel.

Ils évoluent d'un cultivar a un autre

Relevés faits sur env. 15 ans, sur un même cultivar (120 Oliviers Hectare)
Cordialement
:arrow:

theuerb
Messages : 34
Inscription : 15 sept. 2008 13:16

Re: rendement oléicole

Message par theuerb » 10 déc. 2008 08:14

juste pour info ;
chez nous dans le vaucluse : varieté aglandau ( reputée riche en huile ) le rendement a commencé a 17% le 10 novembre et etait de 22% vers le 1er decembre

il est frequent que ce rendement grimpe au dessus de 25% fin decembre

Par contre , toujours chez moi au 10 novembre la varieté Grossanne ( reputée pauvre en huile ) donnait peniblement 11%

Conclusion : le rendement depend de la variété et de la teneur en eau des olives ( pluies : ca monte .....gel et vent : ca baisse )

Gérard Poli
Messages : 6
Inscription : 13 juin 2005 17:09

Re: rendement oléicole

Message par Gérard Poli » 10 déc. 2008 09:12

Bonjour.
Merci pour vos réponses largement documentées.
J'y croyais pas hier, je comprends aujourd'hui que c'est possible mais plutôt exceptionnel.
Précision: je parle bien de % au litre (suivant valeurs données par Chateau Virant sur la facture de trituration).
Quand Edy obtient 1k d'huile pour 3,9k d'olives, cela correspond à 27,9% au litre.
Bonne journée à tous.
G. Poli

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: rendement oléicole

Message par Edy Spagnol » 10 déc. 2008 11:01

Bien le bonjour Gérard

C’est pour éviter toute méprise,

Beaucoup parlent en « Kilo » et d'autres en « litres »

Et pours pas mal de néophytes, ou non habituées ou autre "Etc.", à ces mesures; cela peut conduire à des méprises :idea: Excepté celles qui sont dans le contexte Oléicole

Cordialement
:wink:

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: rendement oléicole

Message par abdallahaghrab » 10 déc. 2008 13:03

En relation avec la date de récolte, la teneur en huile sur poids sec en % augmente jusqu’à que la lipogenèse (accumulation de l’huile) s’achève ensuite elle se stabilise. Cela occure généralement lors de la véraison des fruits. Par contre la teneur en huile sur poids humide en % augmente avec la maturité vu que la teneur en eau des olives diminue avec la maturité mais le volume de l’huile en litres reste constant. C’est pour cette raison qu’on utilise généralement la teneur en huile sur poids sec et/ou le volume de l'huile pour comparer entre les vérités. Alors que la teneur en huile sur poids humide inclue l’effet des conditions édaphoclimatiques et du processus de transformation.

Salutations

Abdallah AGHRAB

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: rendement oléicole

Message par Edy Spagnol » 10 déc. 2008 21:01

Pour des « Olives a huile »

Toutes mes observations m’on fait remarquer que sur mes oliviers

Les « huit premières semaines » sont capitale pour les olives, c’est la ou 75% des jeux sont faits, ou le maximum de cellules sont acquises, et ensuite entre ces huit semaines et la fin de la lipogenèse, « Sans rentrer dans le sujet de la récolte » c’est sur cette faible différence ces 25% qui restent, ou l’on essayé de jouer, jongler etc.

Personnellement c’est déjà compliqué avec dame nature que sur ces 6 dernières années, 2003 Canicule, sécheresse, tornades des vents de plus en plus violents, des trombes d’eau, et ensuite le coup de grâce, une grêle de 48 minutes. 70% d’oléiculteurs, dans mon secteur, ont vu leur récolte anéanti a plus de 80%.cette année, j’espère que sur Nice, ils ont eut plus de chance que dans notre secteur, Je croise les doigt pour les Corses
J’avais gardé quelques oliviers très tardifs, pour avoir deux pressions de fruité noir « LOUPE »

Mes travaux oléicoles amateurs sont sur les « axes suivants »
Tout mettre en œuvre les plus consciencieusement, et sans excès, pour que ces 75% soient atteints des la huitième semaine, et ensuite les porter doucement a maturation, et essayer de contrer des conditions « édaphoclimatiques », de plus en plus difficile.
Si l’on atteint ce seuil, la récolte, sera plus précoce, et moins de piqûres
Essayer que les oliviers, ne puissent pas trop sur la réserve, pas évident du tout.

Et il ne faut pas croire que c’est comme une bouteille que l’on remplit une fois vide, c’est une accumulation minutieuse et lente, par contre il est très facile de l’épuiser rapidement.

Ce fameux seuil de 75% varie suivant les cultivars mais peut descendre a 70 %, mais pas plus.

Ensuite après ces plus ou moins huit semaines, vouloir a tout prix, et peu importe les moyens faire grossir l’olive « Ce n’est que du virtuel » même si vous faites doubler la taille de la chair de votre olive, ce n’est que sur ce 25% que vous travaillez

Plusieurs facteurs viennent jouer un rôle important, comme la taille, la fertilisation, la profondeur du sol Etc Etc.

Ces « Huit premières semaines », ne sont pas fixes, c’est une moyenne, mais le seuil est la.

Cordialement

:arrow:

Gérard Poli
Messages : 6
Inscription : 13 juin 2005 17:09

Re: rendement oléicole

Message par Gérard Poli » 11 déc. 2008 08:08

Bonjour à tous.
Abdallah et Edy: alors là, vous m'épatez. Il ne s'agit plus de culture de l'olivier mais de CULTURE.
Je me sens tout petit, mais j'en apprends beaucoup. Merci.
A bientôt.
G. Poli

Jean-Michel Duriez
Administrateur
Messages : 274
Inscription : 26 juil. 2003 11:44

Re: rendement oléicole

Message par Jean-Michel Duriez » 12 déc. 2008 07:05

Quelques repères pour pouvoir étudier correctement la problématique du rendement :
  • Composition d'une olive : une olive est composée d'eau, de matière sèche (noyau, peau, parois cellulaires) et d'huile.
    L'élément le plus facilement modifiable dans cette composition est l'eau.
    Je prends un exemple : nous analysons une olive immédiatement après sa cueillette et nous trouvons qu'elle contient 2 grammes d'eau, 1 gramme d'huile et 2 grammes de matière sèche. Elle a donc un poids total de 5 grammes. Si j'avais un moulin qui pouvait extraire la totalité de l'huile de cette olive (un tel moulin n'existe pas aujourd'hui!) j'obtiendrais un rendement de 1 gramme d'huile / 5 grammes de poids total de l'olive = 20 %.
  • Pour calculer ce rendement en litre, il faut que j'utilise le poids volumique ou la densité de l'huile.
    L'huile est plus légère que l'eau. Un litre d'huile pèse environ 0,920 kg. Dans ce cas 1 kg d'huile a un volume de 1/0.920 = 1,09 litre.
    Le rendement de mon olive ci-dessus est donc de 1,09 ml d'huile/5 grammes d'huile = 21,8 %
  • Réduction de l'eau. Imaginons que l'olive ci-dessus soit cueillie puis laissée sécher. A partir d'une certaine durée de séchage, la composition de mon olive sera la suivante :
    1 gramme d'huile (l'huile ne s'évapore pas), 2 grammes de matière sèche (elle ne s'évapore pas) et 1 gramme d'eau. Elle aura un poids total de 4 grammes. Dans mon moulin théorique et ultra-performant, j'obtiendrai alors : 1 gramme d'huile / 4 grammes d'huile = 25 % ou (27 % en litre/kg). Soit une augmentation de 5 points!
C'est cette méthode qui est mise en oeuvre par les oléiculteurs qui sont obnubilés par le "rendement". Il suffit donc de diminuer la quantité d'eau initiale contenue dans une olive pour augmenter le rendement au moulin. C'est ainsi qu'au bout de plusieurs semaines de séchage, je pourrai obtenir 30 ou 40% de rendement!
Tout irait bien si ce n'était que l'huile obtenue est de mauvaise qualité.

Pour aborder avec efficacité le problème du rendement, il est préférable de considérer la quantité d'huile produite à l'arbre ou à l'hectare. En effet, comme l'ont justement indiqué Abdallah et Edy, la lipogénèse (ou fabrication de l'huile dans les cellules de la pulpe de l'olive) a un début (fin août en France) et une fin (variable selon les variétés et stoppée dès qu'il fait frais (t° moyenne inférieure à 10°C)). Pour obtenir une huile de qualité maximale, il faut idéalement récolter et triturer les olives dès la fin de la lipogénèse. Nous obtenons alors une quantité d'huile par arbre ou par hectare.
Imaginons une variété A qui produise 100 kg d'olives par arbre. Le poids d'huile obtenu avec des olives non séchées est de 20 kg, donc rendement de 20%.
Prenons une variété B qui produise 50 kg d'olives par arbre. Le poids d'huile obtenu avec des olives non séchées est de 15 kg, donc un rendement de 30%.
Je préfèrerais pour ma part, cultiver la variété A qui me donnera plus d'huile à l'arbre ou à l'hectare.

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: rendement oléicole

Message par Edy Spagnol » 12 déc. 2008 23:25

http://www.afidoltek.org/index.php/L%27 ... _l.27olive


Bien le bonsoir

Je voulais déposer un article, mais il peut être mal interprété, et va trop loin sur la définition des cellules, et à juste titre Sébastien LE VERGE, me suggère celui du lien au-dessus, qui suffit pour une explication dirigé.

Cordialement
:wink:

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: rendement oléicole

Message par abdallahaghrab » 13 déc. 2008 14:56

Certes, l’irrigation améliore positivement la croissance, le développement et les différentes composantes de production et réduit l’alternance des oliviers. C’est pour cette raison qu’on opte généralement pour une stratégie d’irrigation pour une production maximale, c'est-à-dire apporter la totalité des besoins en eau d’irrigation (différence entre la pluie effective et l’evapotranspiration de culture) en tenant en compte la réserve en eau du sol et ne pas laisser le déficit en eau du sol descendre au dessous d’un déficit en eau autorisé qui présente 75% de la réserve disponible (différence de l’humidité à la capacité au champs et l’humidité au point de flétrissement) dans le cas d’un verger adulte et 50% pour une jeune plantation. On peu également opter pour des stratégies d’irrigation déficitaire contrôlé ou d’irrigation d’appointe dans le cas des faibles disponibilités en eau et dans le cas de système superintensif pour ne pas aboutir à une croissance excessive des arbres et par conséquent compliquer leur entretien, particulièrement en matière de la récolte par l’engembleur et la taille. Cette croissance excessive provoque aussi des conditions de male aération et par conséquent favorise des maladies foliaires comme l’œil de paon, cercosporiose et anthracnose ainsi que la cochenille noire et le noire de l’olivier. La nécessité de réaliser des tailles excessives et sévères favorise aussi le développement de psuedomonas savatoni agent causal de la tuberculeuse. Des études menées en Espagne ont montré qu’a un déficit hydrique sévère lors des différentes phases de développement de la culture met en préjudice la production des arbres et que le stade endurcissement ou sclérification du noyau est considéré comme le stade le plus tolérant alors que les stades croissance végétative, floraison, nouaison et grossissement du fruit et accumulation de l’huile sont les stades les plus sensibles au déficit hydrique.
J’ai développé dernièrement un modèle de programmation de l’irrigation en olivier qui prend en considération les différentes variations des vergers oléicoles, en matières des caractéristiques des arbres, sols, couverture végétale, climat de réseau d’irrigation. Le modèle recommande les besoins en eau d’irrigation à l’échelle annuelle, mensuelle et journalière dans le cas des stratégie d’irrigation pour une production maximale et pour des traitements d’irrigation d’appointe et d’irrigation déficitaire contrôlée en utilisant deux méthodes d’estimation de l’évapotranspiration de culture : une se base des coefficients de culture variant selon les mois et un coefficient de réduction relatif au niveau du couverture du sol par la frondaison des arbres et une nouvelle approche dont le coefficient cultural est divisé en quatre composante : évaporation du sol, transpiration des arbres, évaporation à partir de la zone mouillée par les arbres et évapotranspiration de la couverture végétale.
Vous trouvez ce modèle au niveau de la rubrique « oléiculture » de mon portail : http://abdallahaghrab.ifrance.com/

Pour Edy et Jean Michel, je vais vous l’envoyer par Email.

A votre disposition dans le cas d’un besoin d’éclaircissement.

Salutations

Abdallah AGHRAB

deborne
Messages : 17
Inscription : 08 nov. 2007 20:31

Re: rendement oléicole

Message par deborne » 13 déc. 2008 18:29

Bien le bonsoir
Si je comprend bien cher edy selon vos observations plus la charge de l arbre est importante plus il faut de kg d olives pour faire 1 litre. Cette année (est ce le cas aussi pour vous) charge tres importante sur les arbres (30 kg pour des arbres de 10 ans) rendement moyen de 5.4 a 7.2 kg pour 1 litre d huile. Je pense egalement que nous avons manque de chaleur( cumul de pluie tres important de mai jusqu a la recolte).Les personnes agées disent que les années de 13 lunes sont mauvaises. Je le confirme des olives mais peu d huile

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: rendement oléicole

Message par Edy Spagnol » 13 déc. 2008 20:11

Bien le bonsoir

Sur nos cultivars, avec le trois frantoio /Mouliniers, que je fais travailler, Si l'on ne prend en compte que "la charge" en faisant abstraction de touts les autres facteurs, qui pour moi sont très important, car ils peuvent compenser si l’on sait prévoir et les conditions climatiques

"OUI" Les années « très très » chargées en Olives, sur ces trente dernières années, il y a eut moins de kilos Huile, pour une meme maturité d'olive, sur la base d’une tonne.

Ensuite il y a toujours les on dit
Ils ont un robinet caché pour en récupérer en douce, ou ce sont des voleurs

Personnellement je les aide pour les manipulations du début à la fin, ou des fois je commence sans eux, leur personnel n’arrive que après, je ne me permettrais pas de telles plaisanteries.

JMD ce n’est pas pour demain au kilo d’huile triturée, par contre cela réglerait pas mal de choses, sans rentrer dans le détail.
Mais un juste milieu entre le poids des olives à triturer, et le kilo d’huile a la sortie, cela serait plus juste pour les deux parties.

Cette année avec la pluie il nous a fait une ristourne de 3 a 8%, sans que nous leur demandions.

Cordialement
:arrow:

claudeduvar
Messages : 144
Inscription : 05 sept. 2007 22:10

Re: rendement oléicole

Message par claudeduvar » 14 déc. 2008 20:31

bonsoir,

il me semble logique que les mouliniers soient payés en fonction du poids d'olives triturées, c'est cette charge qu'ils manipulent, qu'ils broient et ensuite toute l'eau doit être évacuée et cette eau fait bien partie du poids initial. pourquoi ne pas faire comme pour la vigne, quelques prélèvements par bassin sur une variété référence et le diffuser de la même façon que les avertissements pour la mouche? sans être exhaustif ça servirait d'indication.

Répondre