Quid est ?

Forum dédié aux oléiculteurs : observations, problémes, conseils...
pierre jallon
Messages : 18
Inscription : 24 févr. 2008 17:22

Quid est ?

Message par pierre jallon » 08 sept. 2008 14:59

Voici ce que je viens d'observer dans mon oliveraie.
j'ai observé ces anomalies depuis environ une quinzaine de jours.
Il y a sur CHAQUE olive un point de "piqure" indiscutable.( sortie ou entrée ?)
Elles ont TOUTES une zone de nécrose violette plus ou moins étendue, plus ou moins crevassée.
Toutes les variétés sont touchées: picholine,lucques, et surtout olivières;
ce n'est pas la catas mais il faut compter 1 à 5 olives /arbre. ( arbres plantés en 2005, non irrigués)

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: Quid est ?

Message par Edy Spagnol » 08 sept. 2008 21:24

Bien le Bonsoir

Cas est la teigne, ce sont des sorties actuellement, plutôt pré du pédoncule, depuis une quinzaine, écrase l'olive, l'amande doit être dévoré.

Suivre le bulletin
Par contre pas mal de piqûres, suite a leur sortie.
http://www.inra.fr/hyppz/RAVAGEUR/3praole.htm
Il y a une photo a la fin
http://www.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030424.jpg

Les piqûres de mouches actuellement, sur la chair bien tendre de l'olive, deviennent vite d'une couleur violacée. Découpe ton olive au niveau de la piqûre, c'est plus simple à voir.

Si tu as la possibilité de faire deux photos numériques de chaque cas, je te remercie d'avance,
Merci d'avance, si l’on peut les placer sur le Forum

Cordialement
:arrow:

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: Quid est ?

Message par abdallahaghrab » 08 sept. 2008 23:59

Je me rappelle bien que M. Pierre nous a informé vers le mois d’août qu’il n’a pas observé ni des mouches dans les pièges ni de piqûres. Maintenant vous nous dite que vous avez de 1 à 5 olives piquées par arbre.
Je vous pose une question : est ce que vous piéges sont encore propre ? si oui, quelle attractif vous avez employé : le phéromone ou le phosphate bi-ammoniacal ou autres ? et combien de piéges vous avez installé ?
J’éloigne l’hypothèse de la teigne. Comme il a dit M. Edy, ce lépidoptère dépose ces œufs au niveau de la corolle et une fois éclosionné, la larve pénètre à coté de pédoncule pour s'alimenter de l'amande. Cette poriode de l'année correspond à la période de sa sortie pour se transformer en pupe au niveau du sol. Vous devez observé les attaques de la génération anthophage sur les inflorescences.
Si il s’agit des piqûres dans d’autres parties de fruits, il s’agit sans doute de la mouche. Vous devez s’assurer s'il s’agit d’un orifice de sortie ou d’entrée. Dans le cas de la sortie, l’orifice est plus grand et la partie nécrosée est plus large. Assurez vous aussi si le fruit contient encore la larve et si il est vive ou morte et observez le degré d’altération de la pulpe.
Il y a deux options : soit il s’agit de la piqûre de la deuxième génération venant d’ailleurs soit l’orifice de sortie de la première génération.
Quel est le stade dominant de vos olives ?
je pense que vous pouvez encore traité, sachant que le DAR de syneis est de 7 jours, pour éviter d’autres piqûres et pour tuer les larves avant de creuser d’avantage dans la pulpe et altérer l’huile. Vous pouvez aussi anticiper la récolte.

Envoyez nous des photos illustrant les piqûres et l’état de la pulpe pour vous aidez dans le diagnostique.

Salutations

Abdallah AGHRAB

Jean-Michel Duriez
Administrateur
Messages : 272
Inscription : 26 juil. 2003 11:44

Re: Quid est ?

Message par Jean-Michel Duriez » 09 sept. 2008 21:06

Il n'y a pas que la mouche qui pique l'olive!
Nous avons souvent observé des punaises (vertes et marrons) piquer des olives pour en absorber un peu de jus. Il doit exister certainement d'autres insectes piqueurs (Thrips,...).
En présence d'une piqûre, il faut soulever l'épiderme avec une lame très fine (cutter, scalpel) et voir s'il y a une galerie ou un oeuf (loupe indispensable dans ce dernier cas).
Je reconnais que la distinction entre une piqûre de ponte de la mouche et une piqûre nutritionnelle d'un autre insecte est difficile. C'est certainement un point à améliorer et toutes les remarques sont intéressantes.
Ceci dit, encore une fois : pas de mouche de l'olive dans les pièges -> pas de traitement!

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: Quid est ?

Message par abdallahaghrab » 09 sept. 2008 22:51

En Espagne, en plus de la mouche et la teigne, d’autres insectes secondaires affecte les olives en provoquant des symptômes typiques :
La cochenille violette de l’olivier (Parlatoria oleae) : taches violettes avec déformation des fruits
La serpette (Lepidosaphes ulmi) : dépréciation de la qualité des olives
L’acariose de l’olivier (Eriophydae) : déformation du fruits
Le thrips de l’olivier (liothrips oleae) : déformation de fruits



Salutations

Abdallah AGHRAB
Pièces jointes
eriofilo.jpg
Symptômes de L’acariose de l’olivier sur fruits
eriofilo.jpg (12.94 Kio) Consulté 8138 fois
parlatoria1.jpg
Symptômes de Parlatoria oleae sur fruits
parlatoria1.jpg (23.47 Kio) Consulté 8138 fois

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: Quid est ?

Message par Edy Spagnol » 09 sept. 2008 23:26

Bien le Bonsoir

Je suis dans la période de chute d’olives, depuis le 16 août, et celle ci dure au maximum vers le 10 septembre.
Cette année je suis pour 100 oliviers en production, vers 3% olive, tombées suite à la teigne.

Perforation de sortie, coté pédoncule, quasiment toutes.

Le 26 août 2008
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 30 Oliviers, 0 est piquée par la mouche
Le 3 sept 2008
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 30 Oliviers, 1 est piquée par la mouche
Le 7 sept 2008
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 30 Oliviers, 1 sont piquées par la mouche
Entre autre ce qui confirme les prises de mouches faibles

Petit souvenir
Le 24 août 1989
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 1 Olivier, 12 piquée par la mouche
Le 1 sept 1989
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 1 Olivier, 15 piquée par la mouche
Le 3 sept 1989
Analyse sur 100 tombées au hasard, prise sous 1 Olivier, 21 piquées par la mouche
50% de la production par terre, des le 10 sept entre celles tombées « en juillet que je n’ai jamais pu comptabiliser » et ces dernières


A la longue, après plusieurs observations dans mes oliviers, cette phase tombe après les grandes chaleurs

Et je prend mes précautions des la taille, si je peut éliminer les feuilles ôtes, je ne les loupe pas.

Ensuite je respecte à la lettre les préconisations, et je me retrouve au minimum entre 4 et 6%

Si je ne fais aucun traitement, je peux me retrouver avec plus de 60% de la production au sol

C’est mon principal souci avant la mouche

Il arrive que certaines de ces olives soient piquées, « pourtant la mouche fait une analyse je ne rentre pas dans ce détail », à ce stade, à la sortie de la prays oleae, l’olive devient très vite violacée, dans la zone de la piqûre, et tombe plus rapidement.
Pour l’instant je fais avec les préconisations de (REGIS 1998), c’est celle qui me vont le mieux page 140 de l’olivier CTIFL, Mais m’oblige a repérer le début des éclosions et la fin des éclosion.

Abdallah, Vers quelle date, ces cas de chutes, sont elles dans votre pays, est aurais tu des informations sur les températures ?

Dans la majorité, avec deux traitements pour la teigne.
Ce cas ne représente que 15%, et bien évidement 80 % des autres cas, pour la majorité sont du au Dacus, mais il y en a aussi d’autres insectes qui piquent
Mais des adultes de prays oleae issues des chenilles hivernantes, qui normalement ne devraient pas vivre plus de 15 jours a’un mois suivant certaines températures, la j’ai revue la copie, et depuis bien longtemps.

J’en viens a ce qui m’intéresse
Tan pis je vais me lancer

J’ai compris qu’il me faudra du temps avant d’avoir la bonne info
Pour ceux qui ont la remarque constructive.

La période de sortie correspond avec les baisses de températures vers la fin août « de la journée », mais aussi, « au début des fraîcheurs nocturnes qui reviennent », j’ai toutes les terrasses enherbées.
Deux de mes voisins, leur sol est désherbé, la période de chute est systématiquement 6 à 10 jours plus tard, une fois que les températures sous les frondaisons, sont plus base.

J’ai relevé les températures sous la frondaisons des oliviers, dans les deux conditions (avec ou sans herbe) pour être sur de mon coup.

Sur quelques parcelles, je fais un traitement au « diméthoate, contre la mouche bien évidemment »,
Mais si je pouvais le faire, grâce à cette indication de température, et que je pourrais traiter un ou deux jours avant, même si la dose est faible, le traitement est aussi efficace contre la Teigne, ceci tout les oléiculteurs le savent.
En 94, en 98 et en 2000, je suis tombé « bien, involontairement » sur ces conditions les olives sont tombées, mais la chenille, soit elle est morte avant de sortir de olive en perforant une galerie et au contact avec « la peau », ou mortes au sol, est bien visible.

Alors Voila Voila, depuis ces 8 dernières années, (pas terrible la précision, tout seul)
- En journée 19° a 26°
- La Nuit entre 15° et 21°

Si la brise marine est présente elle modifie légèrement la donne,
La température nocturne est plus importante, que celle de la journée, je ne pense pas me tromper.

Que ce soit Arambourg, Jardack, silvestri, Ramos , Cantero etc.
Impossible de trouver cette information, et le matériel nécessaire, pour les différentes conditions, est très importants, même si cela est sur 15 à 20 jours, j’ai perdu l’illusion d’y tomber pile poil dessus.

Ensuite j’ai repris ces expériences en 2004 sous « un tunnel serre » sur une dizaine d’oliviers, impossible de reconstituer des conditions favorables, et les deux orages de grêle, d’ont un plus de 13cm de grêlons, qui sont passées a travers le film plastique, et le filet anti-grêle ont mis a mal mes expériences cet Hiver.

Donc a tous l’on devrait y arriver.
:wink:

Cordialement
:arrow:

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: Quid est ?

Message par Edy Spagnol » 09 sept. 2008 23:37

La cochenille violette de l’olivier (Parlatoria oleae) : taches violettes avec déformation des fruits

Si tu as réussi à prendre des photos, je suis preneur, j'ai entendu certains oléiculteurs en parler en suivant des stages Oléicoles en Espagne

Mais je n'ai jamais vu ce cas personnellement :?: et les photos sur le livre de Cantero, ne sont pas terribles, mais le livre lui est extraordinaire, qu'il n'y est pas de méprise.

Cordialement
:wink:

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: Quid est ?

Message par abdallahaghrab » 12 sept. 2008 00:54

A ma connaissance, la chute naturelle des fruits, due à la concurrence vis-à-vis de l’eau entre l’eau et les éléments minéraux entre les fruits appartenant à la même inflorescence et entre les inflorescences les plus proches, survient au début de formation de fruit et peut durée plusieurs semaines. Si les conditions de culture sont favorables, aucune autre chute naturelle ne survienne à l’exception des chutes accidentelles ou pathologiques.
Concernant les dégâts de la teigne de l’olivier, la première chute coïncide avec la chute naturelle des fruits et peut être bénéfique dans le cas des années avec une forte charge de fruits en améliorant leur calibre. Cependant la deuxième chute, nommée Sain Miguel par les espagnoles, qui survienne en automne réduit significativement la production et n’a aucun effet sur l’augmentation de la taille des fruits. La stratégie la plus efficace de contrôle de ce ravageur consiste à traiter contre la génération anthophage, vu qu’il s’agit de seul stade où la larve se trouve à l’extérieur, par des bioinsecticide à bases de la bactérie de Bacillus thuringiensis ou par des produits à base de dimétoate, Fosmet, Lambda-Cihalotrin... Le traitement contre la génération carpophage peut aussi être efficace au début d’attaque (vers le mois de juillet) par des produits à base de dimétoate. Le traitement contre ce ravageurs en automne n’a aucun effet d’où la nécessité de suivre la population moyennant le piégeage et les attaques des génération philophage, anthophage et carpophage dans le but de déclancher la traitement dans le temps opportun.
En ce qui concerne la cochenille violette, il est considéré comme un ravageur secondaire de l’olivier en Espagne. Les petites larves apparaissent vers le mois de mai pour attaquer les tiges (les femelles) et les feuilles (les mâles). A la fin d’été se produit une deuxième génération qui attaque les fruits (mâles et femelles). La cochenille ne provoque des dégâts significatifs sur le rendement en suçant de la sève seulement dans le cas d’une population élevée. Les dommages les plus importants sont dus à la déformation des fruits et la formation des taches violette qui déprécie la qualité des olives, particulièrement dans le cas de la production des olives de table. Les conditions de male aération et la disparition de ces ennemis naturels, comme l’hyménoptère Aphytis, par des pesticides favorisent l’apparition de ce ravageur. La stratégie de lutte consiste à traiter contre les petites larves au moment d’attaque des feuilles et tiges (mai, juin) et des fruits (juillet, août) par le biais des huiles d’été et des produits à base de Fosmet.
Je ne possède pas des photos de ce ravageur que j’ai pris personnellement. Vous trouvez ci-dessous la photo que j’ai trouvée.

Salutations

Abdallah AGHRAB

Répondre