degats causés par Klaus

Forum dédié aux oléiculteurs : observations, problémes, conseils...
pierre jallon
Messages : 18
Inscription : 24 févr. 2008 17:22

degats causés par Klaus

Message par pierre jallon » 31 janv. 2009 20:39

Klaus n'a hélàs pas épargné mon oliveraie, sise dans les Corbières: près de 40% de mes oliviers (variété olivières) plantés en 2005 et 2006 sont couchés mais les racines sont dans le sol, sans compter les autres 50 % penchés dangereusement. Certes les tuteurs que j'avais mis étaient quelque peu faiblards!! Mais que faire:
- j'ai pris la décision de les redresser avec des tuteurs plus puissants et posés en opposition ( en X par rapport au tronc) au vent dominant (Cers, vent du Nord) et solidement amarrés sur le tronc ou sur la charpentière la plus solide. Mais certaines racines ont craqué..
- J'ai taillé mes arbres en supprimant beaucoup la ramure coté Sud.Tant pis pour la prochaine récolte.
Que faire de plus ..ou de mieux ?
Merci pour vos conseils.

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 01 févr. 2009 20:49

Bien le bonsoir

Image

Image

Image

Que ce soit des Oliviers de 5 ans de 8 ans et de 12 ans, le visuel est le même, donc je trouve inutile de rajouter des photos, vous aurez tous compris.

Le résultat est vraiment consternant.

J’ai donné un coup de main a trois oléiculteurs, mais je n’avais que deux jours.
J’ai profité de cette situation pour en parallèle vérifier certains paramètres sur le système racinaire.
Non irriguées
- Un Oléiculteur sur des anciens sols maraichers
- Un sur des anciennes vignes
- Un sur une zone défrichée, accès difficile
Oliviers de boutures à 85% et 15% de semis

La grosseur des Oliviers est différente et va du simple au triple, suivant le terrain, mais hélas le résultat est le même

Les trois ont placé deux piquets en opposition, pour avant tout éviter les soucis de torsion, et lui permettre d »avoir une meilleure assise, sachant que pour certains il y en aura pour au moins 5 ans.

Un oléiculteur m’a permis de faire des photos, mais le résultat est casiment similaire sur les Oliviers de Bouture.

Image

Image

Image

La terre enlevé sur le coté, pour analyser la situation racinaire

Image


Image


Image


Image

Avant de le redresser, le centre du feuillage doit être évidé, pas la peine de chercher, à garder quoi que ce soit, et les branches trop longues écourtées, ou qui font opposition au moment du levage aussi.

Pour le remonter le poids ne doit pas, être les principaux soucis, il faut l’alléger, pour ressentir les efforts sur le tronc, et le remonter sans secousses tout en douceur, quitte a revenir 10 cm en arrière doucement et reprendre, pour enfin le quiller.
Si la terre retombe dans le trou, ne pas forcer, il faut l’enlever, et reprendre, idem pour les craquements, vous n’avez pas assez enlevé de terre, il vous faut trouver le jute milieu.

Si le poids de Olivier est important, il faut impérativement que le binôme soit en phase, ou c’est la cassure assuré, sauf si la terre est très souple.
En remontant, l’on teste la droite, puis la gauche, « avec délicatesse » pour vérifier le nombre de racines qui tiennent, de ceci en dépendra la taille.

Suite sur un deuxième post

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 01 févr. 2009 21:38

Ensuite, peu importe les oliveraies et leur grosseurs
En plus de la torsion sur les racines restantes, et l’étirement que le vent a fait subir en étirant encore plus sur celles qui résistaient

- Soit 15/20% de racines, étaient encore présentes
- Soit 25/40% des racines étaient encore présentes
- Soit 40/60% des racines étaient encore présentes

Suivant ces trois cas , la taille respective suivante
Image



Image


Image


Sur ces 2 jours et demi, il en ressort, que ceux qui ont cassé
Env. 40 oliviers, sol maraichers, 21 oliviers sur des anciennes terres à vignes, et 16 oliviers sur des anciennes friches

N’avaient qu’une seule racine principale, du coté ou le vent soufflaient,
Si il y avait une racine en opposition, sur le bras de levier elle a éclaté
Ont résisté les latérales, avec de dégâts

Celles qui ont plus de une racine principale, ont elles bien retenue l’olivier

A la plantation, il est sage de retourner l’olivier et de dénuder légèrement, une partie des racines principales, « pour observer leur nombre », et « leur direction » et placer l’olivier, en fonction de celes-ci par rapport à l’axe des vents, pour ne pas lui rendre la tache facile, au prochain.

Six oliviers dans ce nombre, issues de semis, ont cassé, mais le nombre de radicelles sur le coté restant prometteur, j’ai réussi a ce que l’Oléiculteur les replante en pépinière avec une taille plus en adéquation, pendant un an.

Le piquet qui est raisonnable de placer pour soutenir l’olivier « il est recommandé qu’il doit le soutenir pendant au moins CINQ ANS » il est vrai que leur prix unitaire, est important, et beaucoup minimisent cet achat, mais dans les couloirs ventées, il vaut mieux respecter ce qui est mentionné dans les bonnes techniques culturales.

Vu que les tien sont jeunes, « si la feuille est en train de virer », il serait souhaitable « ces oliviers uniquement, encore une semaine a l’ai libre, ils seront perdus » que tu les place en pépinière, soit en serre pour un an, avec une bonne terre sur trente centimètres maximum, une provisoire avec des piquets, et de la bâche translucide, pour que le froid ne vienne pas se rajouter, avec un activateur de bouturage pour favoriser l’apparition de nouvelles racines.

Si tu n’a pas finit ce vendredi, je peux passer samedi, la journée, mais ce n’est pas pour te regarder, il te faudra subir mon rythme, met des piquets de coté, et de la sangle. :D

Cordialement
:wink:

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 02 févr. 2009 22:59

Questions qui me sont posées

Il n’y aurait pas plutôt une taille spécifique, en fonction de l’inclinaison de l’olivier ? Pour éviter d’enlever la terre, qui sur certaines zones/terres, a cause du volume d’eau des précipitations de ces derniers jours, a rendu le sol dextrement collant, et cette tache très difficile. :?:

Pour faciliter le remontage « OUI »
Ensuite, pour pérenniser l’olivier « NON », tailler sévèrement un olivier sous le prétexte QUE ! !

Un seul piquet peut suffire ?

Personnellement au vu des dégâts « NON », mais je comprends que si l’on a 40 a 50% de ces oliviers couchées, il faut trouver une solution plus rapide. JMD un point de vue different?

Une seule racine, ne veut pas dire une grosse racine, c’est plutôt l’inverse, sur tout ce que j’ai vu, en deux jours et demi.

La taille finale réalisée sur ces oliviers, a été faite par le propriétaire, les deux autres propriétaires ont exactement la même approche, au vu des racines restante sur les oliviers.

Ces oliviers étaient malades ?

« Non » en pleine santé, même trop vigoureux pour la plupart, ce qui pour certains les a rendu plus fragiles.
-----------------------------------------------------------------------
Pierre SVP, si tu veux bien me laisser quelques sujets « tes 15 les plus complexes », pour samedi matin, cela me permettrais de réaliser quelques photos (Pour faciliter le remontage « OUI ») tailler un olivier au sol, il est facile de faire un loupé, en photo cela sera plus simple

Cordialement
:wink:

Jean-Michel Duriez
Administrateur
Messages : 272
Inscription : 26 juil. 2003 11:44

Re: degats causés par Klaus

Message par Jean-Michel Duriez » 03 févr. 2009 18:20

Tout d'abord Edy, je te félicite pour la qualité de ton intervention.

En effet, et malheureusement, nous constatons à nouveau le rôle CAPITAL du tuteur dans la plantation des oliviers. Ils doivent pouvoir maintenir le jeune olivier pendant au moins 5 ans. Ceci dit, je ne vois pas très bien ce que l'on peut faire lorsque les rafales atteignent 180 km/h.

La taille de "remise en terre" me parait correcte. Il faut qu'elle soit sévère.

Concernant la densité de racines, je ne connaissais pas cette pratique, qui semble logique mais qui entraine une rotation de l'arbre à 180°C ce qui fait que le côté initialement au sud se retrouve au nord.

J'avais par contre vu des oléiculteurs badigeonner les racines avec un pinceau trempé dans une solution d'hormone de bouturage. Ici aussi, cela parait logique, mais je n'en sais pas plus!

Pour terminer sur une note optimiste, la probabilité d'une très bonne reprise des oliviers ainsi redressés reste à mon avis très élevée.

claudeduvar
Messages : 144
Inscription : 05 sept. 2007 22:10

Re: degats causés par Klaus

Message par claudeduvar » 04 févr. 2009 23:20

En effet, et malheureusement, nous constatons à nouveau le rôle CAPITAL du tuteur dans la plantation des oliviers.
« Non » en pleine santé, même trop vigoureux pour la plupart, ce qui pour certains les a rendu plus fragiles
bonjour à tous

vraiment impressionnantes ces photos

l'urgence est dans la remise en état et de faire jouer la solidarité mais je me permets de soumettre à votre réflexion ces quelques remarques qui s'appuient sur des faits. En sachant que chaque cas en agriculture est particulier et que rien ne résiste à ces phénomènes exceptionnels

en décembre 2008 dans le var il y a eu une tempête tropicale avec des coups de vent de plus de 160km/h, les jeunes vergers " les moins chouchoutés et plantés en piémont " ont très bien résisté.

on voit actuellement des vergers dans lesquels en peu de temps les arbres atteignent une taille et un développement foliaire important avec un rapport hauteur/diamètre du tronc irrationnel.

ayant baigné depuis mon plus jeune age dans une pépinière avant l'arrivée de la culture en pot on m'a toujours appris à me méfier des tuteurs
"les arbres filent" ils montent et n'épaississent pas.

un arbre et la biologie moléculaire le confirme aujourd'hui ne doit pas dépendre de son tuteur il doit pouvoir "ressentir son environnement" se courber par exemple pour s' adapter aux conditions naturelles; il est toujours dangereux de faire des analogies mais c'est un peu comme s'il se disait:
" tient! je suis balloter il faut que je freine ma verticalité, renforce mon système racinaire, le fortifie dans ce sens et dispose mes charpentières avec tel angle afin d'assurer ma stabilité au sol.

enfin faudra bien un jour ne plus juger de la qualité d'un plant pas son aspect visuel, sa hauteur, le diamètre du tronc mais par l'état de son système racinaire mais ça c'est une autre histoire.

bon courage à ceux touchés par les intempéries :wink:

Jean-Michel Duriez
Administrateur
Messages : 272
Inscription : 26 juil. 2003 11:44

Re: degats causés par Klaus

Message par Jean-Michel Duriez » 06 févr. 2009 17:33

Une autre possibilité d'action, qui évite de risquer de casser des racines en relevant les arbres et qui est plus rapide consiste à scier le tronc de l'arbre couché, près du sol. Appliquer ensuite un produit cicatrisant, remettre la terre sur les racines le cas échéant et ... attendre le redémarrage du printemps.

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 07 févr. 2009 23:27

Suite Précautions à prendre

Sujet "Vide causé aux niveaux des racines, par les rafales de vents."

Pour la plupart des oliviers, il y a un autre sujet plus sournois, sous la force du vent, les racines, sont étirées et forment des cavités, de un plusieurs centimètres, ce qui provoque un vide d’air.

Une fois le calme revenu, l’olivier par son poids, reprend plus ou moins sa place initiale, mais ce vide reste, au dessus.

- Soit les racines sont peu nombreuses, et se vide est au dessus d’elles, uniquement.
- Soit les racines sont importantes en nombre, est c’est une zone d’air plus large, qui est plus problématique.

Image

7,5 cm de diamètre au niveau du sol, racines à 18 cm, sol sans culture depuis les années 60

Sur cette photo, de l’olivier encore en place, il y avait environ 1.4 cm de hauteur, a l’endroit le plus prés du tronc, sur un diamètre de plus de 60/80 cm de diamètre, difficile d’être précis.
Il aurait fallu de l’eau colorée, la laisser stagner, et ensuite hotter tout pour vérifier le diamètre.

Ces oliviers ne m’appartenant pas, je remercie déjà, les oléiculteurs qui ont voulu me laisser vérifier, et le plus important étaient de remettre en état ces oliviers, le plus rapidement possible.

Ces zones sont de différentes largeurs suivants la nature du sol, mais si certains en sol meubles sont facile a remettre en contact, que en piétinant, d’autres sont plus difficiles a travailler leur nature moins malléable, peut laisser ces vides d’air et provoquer des pourridiés, a plus ou moins long termes.

Par chance, « je ne parle pas des anciens sols maraichers, ou que le poids de la terre et du sol mouillé suffira» mais le sol des anciennes vignes, ou des terres voisines sans cultures depuis plusieurs décennies, avec le volume d’eau de ces derniers mois reste encore malléable, mais bien plus ferme et pour la plupart le piétinement pour l’instant suffit.

Les anciens, faisaient une cuvette et arrosaient abondamment pour que le sol redescende, à ces endroits précis

Sur des diamètres de 13 a 14 cm, sur une terre plus ferme, une fois l’olivier évidé de son branchages en son centre, en enjambant, les branches restantes et avant de s’accroupir pour passer derrière le tronc, pour le soulever, l’on a une légère impression que le sol au niveau des racines s’enfonce, très légèrement.

La flexibilité du tronc les deux ou trois premières années, suivant la nature du sol « en terme de nourriture », empêchent ce vide de se former.
Cordialement

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 08 févr. 2009 00:18

Bien le bonsoir

Bonsoir Claude, ces interrogations « Oui » dans un sens, mais hélas « NON » en réalité, je te répondrais, plus tard, je vais tracer le présent pour l’instant, tel qu’il est sur le terrain, tes ou vos commentaires sont les bienvenus.

Sujet, le plus problématique, j’ai pris le temps et le recul nécessaire avant de faire ce post, et placer quelques photos, avant de décrire une réalité malheureusement responsable pour une bonne partie des résultats terribles du a cette tempête.

Le placement des piquets, ou tuteurs, ou comment éviter l’absence de frondaison coté nord

Ou ce qui faut faire pour cantonner, l’olivier, dans un secteur de 90° sur 180°, et a 130° sur 360°

[img=http://img6.imageshack.us/img6/5418/dscf2200vm4.th.jpg]
Plus de 450

[img=http://img6.imageshack.us/img6/1225/dscf2204ny7.th.jpg]
Plus de 200

[img=http://img239.imageshack.us/img239/2763 ... lc8.th.jpg]
Plus de 300

[img=http://img6.imageshack.us/img6/90/dscf2208gj4.th.jpg]
Plus de 350

Je peux continuer, mais quoi bon

Question de tous les oléiculteurs consultées comment les tailler, pour les rééquilibrer.

Réponse première

Commencer par placer de bons tuteurs, en Z, dans le bon sens pour contrer le vent, d’une hauteur suffisante, et bloquer ceci par des cailloux, pour contrer, et empêcher celui-ci de se requiller.
- Pour redresser les oliviers
- Rediriger vers le nord, les branches qui sont encore assez flexibles, remplir les 360°, au lieu des 140 actuels,
- Celles qui se courbent en sens opposées, les rééquilibrer cote Nord si leur souplesse le permet encore, ce qui est le cas pour beaucoup.

Ce qui aurait aussi pour effet, de réamorcer les racines du coté Nord, en longueur

Et ensuite, l’on verra pour la taille

A demain

pierre jallon
Messages : 18
Inscription : 24 févr. 2008 17:22

Re: degats causés par Klaus

Message par pierre jallon » 08 févr. 2009 10:53

Merci encore à Edy pour sa disponibilité et ses conseils éclairés!
Un conseil, comme le dit JMD, surtout dans notre pays de vent (les Corbières): bien tutoriser dès le départ...malgré le coût de l'investissement en piquets..

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 08 févr. 2009 21:07

Sujet « ou sont les racines » sous les oliviers

Image
Ancienne vigne

Image
Ancienne vigne

Image
Terre sans cultures depuis plusieurs décennies

Si l’on se place au-dessus de l’olivier, que l’on délimite la zone de la frondaison, au sol, cela donne une patatoïde, pour faire simple un premier carré avec les bords arrondis, qui vient buter contre le tronc.
On rapporte ce « carré/cercle », en prenant le pied de l’olivier, comme centre, cela donne un rectangle avec les bords arrondis
Le premier carré/cercle vous le divisez par quatre, ce qui va donner
Zone 1, Zone 2, Zone 3 Zone 4 « Le pied de l’olivier » Zone 5 et zone 6

La Zone 3 et la Zone 4, se chevauchent. ce qui n'est pas du tout normal.

Les racines sont sous les « Zones 1 » à la « Zone 4 », et dans une partie uniquement la « Zone5 », la plus proche du tronc, ou le plus souvent elles s’écartent sur les côtés à plus de 80%, sur les cas observées, laissant un vide dans l’axe du vent.
Si une racine est présente coté nord, elle est plus de quatre fois plus courte que celle côté sud sous la frondaison, et n’a aucune chance de contenir des rafales de 160 km/h, a plus

La relation longueur de la racine sur un terrain à peu près plat est la suivante, et peu importe la nature du sol, de ces régions.

Pour un olivier avec une frondaison de deux mètres, les racines sont :
- De 2,4 mètres à 1.80 côté sud, 0.6, à 0.8 mètres côté nord, vérifié 27 fois
Pour un olivier avec une frondaison de 1.5 mètres, les racines sont :
- De 1,6 mètres à 1.30 côté sud, 0.5, a 0.7 mètres côté nord, vérifié 14 fois
Pour un olivier avec une frondaison de 1.2 mètres, les racines sont :
- De 1,4 mètres à 1.10 côté sud, 0.3, à 0.4 mètres côté nord, vérifié 21 fois

Sur le côté est et ouest, elles se résument au maximum à la moitié de la longueur côté sud
Je ne l’ai contrôlé que sur 5 pieds, où l’arbre avait été sectionné de toutes ces racines, c’est le manque de temps qui m’a empêché d’en contrôler plus,

http://www.afidoltek.org/index.php/Mise_en_terre
- Mise en place du tuteur: l’olivier est attaché à un tuteur, disposé au vent dominant par rapport au plant, afin de garantir l’aplomb de l’arbre durant les premières années. Le tuteur de 2 m de haut et 5 cm de diamètre est enfoncé d'au moins 60 cm dans le sol. Le plant est ligaturé au tuteur de manière lâche afin d’éviter tout étranglement.


Dans ces cas de vents très forts, il est souhaitable d’incliner le piquet « dit en Z » mais laisser plus de 50 cm à 80 cm, bien après la ligature du tronc, lâche oui et en forme de Huit.

J’ai pris l’habitude de le faire avec du tuyau d’arrosage, récupéré, lâche autour du tronc, et à l’intérieur du fil de fer galva, de 2.5 à 3mm. En dessous de ce diamètre je n’arrêtais pas de les changer, et dans le couloir propice au vent entre les collines, j’en place deux, pour ne pas retrouver le tronc sectionné, à partir de la troisième année.
Je fais deux contrôles des ligatures par an, jusqu’à 7 ans.

Ces vents violents sont apparus depuis ces 15 dernières années, et mon père, mon arrière grand-père, ni dans les fiches de la météo, on ne trouve trace de vents aussi violents.
Je n’aurais jamais planté des oliviers sur ces deux terrasses, si j’avais su avant, il me reste encore quelque dizaines à déplacer.

Le tuyau des ligatures est à changer deux fois au minimum, la première fois 11 à 15 cm suffisent, la deuxième en fonction des cultivars, de 20 à 25 cm, avec le plus souvent le même fil galva.

Ces fameux 50 à 80 cm du piquet, je les mets à profit, pour consolider/forcer les branches côté nord, et celles qui ont tendance avec le vent à repartir côté sud, ou se quiller vers le ciel, tant qu’elles restent souple. Une fois leur diamètre suffisant pour contrer le vent, le les libère, pour éviter quelles ne cassent, je passe une journée pour une centaine d’oliviers à partir de quatre ans, avec les ligatures au lieu du sécateur.

Il faut systématiquement caler le piquet avec des cailloux, sur au moins 10 cm, de profondeur, à la masse, pour lui opposer une forte résistance.

A 170 km/h, à une hauteur de 1.5 mètre, celui-ci recule (env. 12à15 cm), exemple pour un piquet en 8 cm d’épaisseur, et enfoncé de 80 cm.
Avant de les planter, je prends une série de piquets, et je peins à la bombe, une trace à 80 cm

Je contrôle le volume en poids d’olives de chaque terrasse d’oliviers « sans cataclysme dit naturel »
Pour des oliviers de 40 à 50 ans en moyenne, sur un sol enherbé, avec un centre de frondaison, dans l’axe du tronc.
- Des oliviers abrités, moyenne 45/65 Kilo par olivier
- Des oliviers sur des terrasses moyennement abritées 25/35 Kilo par olivier
- Sur des terrasses très exposées 10/15 Kilo par olivier

Autre combine, la cuvette
Elle sert à capter l’eau des pluies avant tout, et
Les deux trois premières années elle est de 15 cm de profondeur, sur le diamètre de la frondaison de l’olivier
Ensuite, l’eau entraîne la terre fine, et cette cuvette se referme au bout de 4/5 ans, ensuite je la refais pour garder un plat sous la frondaison, avec une légère inclinaison vers le tronc.
Le but de cette manipulation est de garantir aux racines une profondeur plus importante, et d’obtenir non pas un seul niveau de racines mais deux au minimum.

Sur 90% des racines mises à nu, elles étaient à l’extrémité enterrée du tronc avec le système de la cuvette, dans 10 ans elles seront à différentes hauteurs allant de 0 à plus de 25 cm, mais le risque est autre,
- Soit cassure nette du tronc, sur des jeunes oliviers moins de 15/20 ans suivant cultivars
- Soit la matte de racines avec la terre est quillée/déracinée en totalité, à 90 degrés, ce qui est moins grave, il faut le replanter ailleurs.

Autre sujet, qui ne plait à aucun des oléiculteurs, efficacité des brises vents, beaucoup d’idées reçus, certaines sont vraies.

Une bande boisée « perméable » est un peu large, de différentes espèces, est une solution extraordinaire. Il sera le prochain sujet, avant une conclusion uniquement fondée sur les analyses visuelles, pour que celles-ci puissent nous aider.

Cordialement
:wink:

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 08 févr. 2009 22:57

Deux sites à consulter, avant de parler des brises vents
Au delà des politiques publiques et des débats scientifiques, l'arbre et la haie sont l'affaire de chacun d'entre nous. Il faut réapprendre à connaître et à respecter notre patrimoine mais aussi savoir l'utiliser et l'adapter aux réalités de la vie moderne. Sans recréer les bocages d'antan, il est possible de conserver un bocage existant ou d'inventer un nouveau bocage, utile, fonctionnel, peu contraignant et qui puisse profiter à tous.

• Stocker du carbone • Améliorer la ressource en eau • Fractionner les mouvements d’eau • Réduire les pollutions engendrées par les produits phytos et fertilisants • Assainir les eaux domestiques • Enrichir le sol • Accompagner une agriculture durable • Donner du caractère à nos paysages • Abriter et nourrir la faune et la flore diversifiée y compris pollinisateur et auxiliaires de cultures • Produire du bois de feu, d’œuvre, d’amendement et de la biomasse en général (pourquoi pas des fruits ?) • Valoriser et embellir nos espaces de vie • Favoriser une biodiversité transversale et vitale sur l’ensemble du territoire • Protéger hommes, animaux et cultures, infrastructures • Créer des micro-climats • Limiter les phénomènes d’érosion • Anticiper les besoins en pharmacopée •

Rêver un peu (mais le temps est compté…) :D

Voila les auteurs des ces lignes

http://www.afahc.fr/

http://www.haiesvives.org

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: degats causés par Klaus

Message par Edy Spagnol » 09 févr. 2009 19:45

Bien le bonsoir

Une bande boisée, perméable et large est le brise-vent le plus efficace.

Le vent abordant une bande forestière perméable, et assez large le vent s’y engouffre presque totalement.
Une faible partie l’escalade dès l’orée, mais à l’intérieur de la bande boisée l’air ralenti est progressivement éliminé vers le haut.
Aucune zone de turbulence ne se forme, ni devant, ni derrière la bande forestière, et les filets d’air prennent une direction horizontale, et ne retombent pas.

L’effet de protection atteint est de 25 à 35 fois la hauteur des arbres

C’est de loin le meilleur brise vent

Pour un schéma, allez sur ce lien a (les haies protègent contre le vent)

http://montillot89.ifrance.com/haies.htm

Les 5 lois de composition à respecter :
- Employer les espèces de votre région
- Mélanger les espèces
- Prendre des jeunes plants en racines nues ou en godet forestier
- Bien préparer le sol et penser au paillage naturel ou artificiel
- Ne pas trop tailler les jeunes haies trop sévèrement les premières années

Pour des bases de PHYTOTECHNIE
Dominique Soltner
Les bases de la protection végétale, Tome 1 « le sol » si possible a partir de la troisième édition
Page 248 a 264, tout le Tome est fort instructif


Les RACINES face cachée des arbres
De Christophe Drénou
Institut Développement Forestiers

Cordialement :wink:

theuerb
Messages : 34
Inscription : 15 sept. 2008 13:16

Re: degats causés par Klaus

Message par theuerb » 10 févr. 2009 21:14

Bonsoir !
Je decouvre ce post a l'instant !
Je n'ai pas eu la tempete , mais du vent ( pas si fort ) sur de arbres de 5/6 ans , le tout sur un sol trempé !

resultat : 3 couchés

3 , c'est deja triste ......je n'ose imaginer ce que vous devez ressentir !

Je les ai redressé delicatement , solidement amaré avec des piquets et " deplumé " comme dans le cas d'une transplantation
Je " perds " peu etre 3 années de production , mais j'ai de bonnes chance de sauver un arbre !

Bon courage !

claudeduvar
Messages : 144
Inscription : 05 sept. 2007 22:10

Re: degats causés par Klaus

Message par claudeduvar » 11 févr. 2009 21:36

Image

bonjour,

savez vous quelle est l'utilité de la branche la plus basse coté mer de ce magnifique pin parasol, ça ne se voit pas facilement sur la photo mais l'extrémité de cette branche est composée d'aiguille plus dense.

cet arbre n'est pas une exception, tout les pin pignon en bord de mer ont cette morphologie

ne vous inquiétez pas je sais bien que je suis sur un forum qui traite de l'olivier mais ceci à un rapport direct avec le sujet en cours

Répondre