traitement mouche

Forum dédié aux oléiculteurs : observations, problémes, conseils...
pierre jallon
Messages : 18
Inscription : 24 févr. 2008 17:22

traitement mouche

Message par pierre jallon » 13 août 2008 08:58

J'ai un verger de 300 oliviers près de Thezan dans les Corbières,en plaine. Essentiellement de l'olivière avec quelques picholine et Lucques comme pollinisateurs, NON IRRIGUES.
Mes arbres plantés en 2005 et 2006 sont couverts d'olives annonçant une bien belle première récolte..
deux questions:

1.J'ai posé dans mes vergers, selon vos consignes, des pièges à mouches. Pas une seule mouche captée. pas de piqure..ce qui est "normal "semble t-il compte tenu de mes choix d'olives.
Mais tous les gens qui ont des oliviers dans le coin me disent que j'aurais dû traiter, que c'est trop tard ou qu'il faudra faire une cure de Syneis vers le 20 Aout..j'entends tout et n'importe quoi !
Voudrais en avoir le coeur net !!!!avec des conseils clairs et précis !
Jusqu' à maintenant ai suivi vos conseils de lutte "raisonnée" . Espère avoir fait le bon choix !!

2: en me balladant dans la Drôme, j'ai constaté que les oliviers étaient "buttés" alors que j'ai fait l'inverse ( cuvette au pied de l'arbre). Querelle d'école ?

Merci de vosréponses

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: traitement mouche

Message par abdallahaghrab » 15 août 2008 01:56

Le cycle biologique de la mouche de l’olivier se caractérise par deux vols : le premier au début de l’été dont les piqueurs occasionnent la chute des petits olives en formation et le deuxième, qu’est le plus important, au début d’automne après la parade estivale qui coïncide avec le grossissement et la maturité des fruits. Les attaques de cette génération sont plus graves car ils peuvent affecter la qualité de huile d’olive dans le cas d’une récolte tardive. La meilleure façon de contrôler la mouche consiste à surveiller la population de l’insecte à travers la mise en place des piéges et l’observation des piqûres au niveau des olives, comme vous avez fait. Le fait de ne pas avoir aucune mouche dans le piéges et de ne pas observer aucune piqûre signifie que votre verger n’est pas attaqué par la génération d’été. Mais, il faut être prudent car les générations d’automne peuvent venir d’autres coins. Dans le cas de dépassement de seuil de nuisibilité et l’observation des piqûres, il faut réaliser un traitement localisé avec le Syneis ou un produit à base de diméthoate mélangé avec un phéromone ou une attractive alimentaire en respectant bien sure le délai avant récolte (DAR) du produit employé (il est de 7 jours dans le cas de Syneis).
Pour la deuxième question, normalement la cuvette est confectionnée pour appliquer l’eau d’irrigation dans le cas d’un système d’irrigation par cuvette. Il est conseillé de faire de buttage pour l’olivier dans le but d’améliorer les conditions de drainage dans le cas des sols lourds et d’augmenter la profondeur effective du sol en favorisant le développement des racines à la superficie dans le cas des sols de faible profondeur ou limité par un horizon compact qui empêche la pénétration de l’eau et par conséquent provoque l’asphyxie racinaire.

Salutations

Abdallah AGHRAB

pierre jallon
Messages : 18
Inscription : 24 févr. 2008 17:22

Re: traitement mouche

Message par pierre jallon » 15 août 2008 08:51

Merci pour cette réponse parfaitement claire.

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: traitement mouche

Message par Edy Spagnol » 24 août 2008 20:31

Bien le Bonsoir

Si les premières piqûres sont visible des la fin mai comme en 2007 « Qui occasionnent des dégâts sur les olives de tables sur l’aspect visuel très violents » , cela reste rare ; c’est plutôt vers la mi juin dans nos secteurs

La fécondité est généralement plus importante en zone littorale qu’en zone de climat chaud et sec.

En période estival en en essayant de faire une moyenne, et « suivant les conditions climatiques »
- La larve sort entre 3 à 6 jours après la ponte,
- Le développement de la larve peut durer entre 10 à 12 jours
- La nymphose dure 15 à 18 jours, est donne naissance à un nouvel adulte, et du coup à une nouvelle GENERATION

Les chaleurs estivales excessives, viennent contrecarrer ce processus, et font mourir une partie des larves, avec des plus 36° env., suivant les secteurs, beaucoup de paramètres sont a prendre en compte. « Voir Arambourg »

Ce qui donne des nombres de vol de mouche, « si différent » entre nos pays.

Il est courant d’avoir trois à quatre générations, sur les olives a huile, et voir plus si les conditions climatiques restent favorable, pour ceux qui récoltent tard, sur notre secteur méditerranéen.

Je reviens à l’instant présent
Suivant le peu de captures relevées dans les différentes zones oléicoles françaises, les Dacus n’aurait pas appréciées notre début de printemps pluvieux ! Ce qu’il faut prendre avec la plus grande prudence.

Mieux vaut être prudent comme le suggère Mr Abdallah

Une des raisons, pour la deuxième question
Pour les oliviers, il était d’usage de déchausser les troncs sur plusieurs centimètres, de remplir ceux ci de fumier, et de les recouvrir de terre ensuite.
- Un pour les nourrir
- Ensuite protéger les racines du gel

Ce qu’i n’empêche pas de faire des retenues d’eau, a coté pour venir en aide a nos chers Oliviers.

Cordialement

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: traitement mouche

Message par Edy Spagnol » 27 août 2008 09:11

http://www.afidol.info/content/view/154/136/


Bonjour,

Vous pouvez vous inscrire, à moins que cela ne soit déjà fait, c'est gratuit

Cordialement :arrow:

claudeduvar
Messages : 144
Inscription : 05 sept. 2007 22:10

Re: traitement mouche

Message par claudeduvar » 05 sept. 2008 11:55

bonjour,

à la lecture des réponses précédentes et désireux de bien comprendre le cycle de développement de dacus j'ai quelques précisions à demander:
- est ce que toutes les nymphes issues de la dernière génération sortent en même temps au printemps ou peuvent attendre des conditions plus favorables et sortir en juillet voir plus tard
- en été les adultes peuvent vivre 3 mois, pondent ils pendant tout ce laps de temps ou est ce concentré au début, s'accouplent elles plusieurs fois.
- quelle distance peut parcourir un adulte? si je traite correctement au premier vol la contamination risque surtout de venir de l'extérieur.
- est il exact ( gros doutes) que la pupe au sol est sensible quand la température est de 0°C? en France est il possible que des adultes passent l'hiver en plein champs? malgré les essais négatifs de lutte par façons culturales en hiver, il serait tentant de poursuivre. les pupes sont elles concentrées sous la frondaison?

beaucoup de questions mais je n'ai pas trouvé de réponses en consultant le site ou la doc.

cordialement

Edy Spagnol
Messages : 502
Inscription : 21 mai 2006 19:49

Re: traitement mouche

Message par Edy Spagnol » 05 sept. 2008 19:52

Bonsoir Claude

Avant tout

http://www.inra.fr/hyppz/RAVAGEUR/3bacole.htm

Ensuite rapproche toi, soit de ton groupement ou du groupement Oléicole le plus proche,
Et demande les copies des pages suivantes
Traite d'entomologie OLEICOLE Y. Arambourg

De la page 115 a 159
Un peu long à résumer, tout y est intéressant vu que
(Désireux de bien comprendre le cycle de développement de dacus j'ai quelques précisions à demander):

Cordialement

abdallahaghrab
Messages : 69
Inscription : 25 juil. 2006 19:06

Re: traitement mouche

Message par abdallahaghrab » 06 sept. 2008 23:34

Le cycle de la mouche peut varier légèrement d’une zone à l’autre mais le point commun est l’hivernation sous forme de pupes dans le sol sous la frondaison des arbres vu que stade résiste à des températures basses. Un autre point en commun réside dans le fait que les adultes issues des pupes enterrées dans le sol qui sont responsables des premières piqûres dans les fruits en formation. En suite, les adultes sort des olives et continue à piquer d’autres fruits durant l’automne où on rencontre en même temps les différents stades de développement. Le nombre de génération varie en fonction des conditions climatiques et le niveau de sensibilité de la variété.
La température est un facteur naturel de régulation de la population de la mouche en empêchant la ponte et en provoquant un grand taux de mortalité des œufs et des larves en été. Des températures très basses peuvent aussi poser des problèmes aux larves et œufs.
La contamination est possible. Le traitement aérien sur une large superficie peut remédier à ce problème.
Le labour ou l’enherbement sous la frondaison qui favorise l’installation des prédateurs peuvent contribuer dans la lutte contre la larve tombée au sol et les pupes. Mais, moi je recommande de laisser la zone sous la frondaison des arbres propres de mauvaises herbes pour éviter la concurrence vis-à-vis de l’eau et les éléments minéraux vu que les racines actives se concentrent dans cette zone. Le labour peut blesser les racines et occasionner une perte colossale d’eau par évaporation surtout durant des périodes pluvieuses.

Vous trouvez ci-joint un schéma, élaboré par le service de santé végétale de Séville, illustrant le cycle de développement de la mouche dans deux zones différentes de l’Andalousie.


Salutations

Abdallah AGHRAB
Pièces jointes
cycleM.jpg
cycleM.jpg (68.47 Kio) Consulté 18582 fois

Jean-Michel Duriez
Administrateur
Messages : 272
Inscription : 26 juil. 2003 11:44

Re: traitement mouche

Message par Jean-Michel Duriez » 07 sept. 2008 09:05

Ce petit mot, juste pour rappeler que 100% des oléiculteurs qui se protègent correctement contre la mouche avec efficacité et quel que soit le niveau d'attaque et le lieu d'implantation de leur oliveraie :

1 - possèdent les bases sur le cycle biologique de cet insecte,
2 - posent et relèvent des pièges de contrôle (ou pièges évaluatifs) dans leurs oliveraies,
3 - observent et comptent le pourcentage d'olives piquées,
4 - se tiennent informés de la situation générale (bulletin INFOLIVE par exemple),
5 - déclenchent leurs interventions en fonction d'une stratégie qu'ils ont choisie et du résultat de leur piègeage et des comptages de piqûres,
6 - utilisent les insecticides correctement, et en particulier pour leur dosage et leur particularité d'application (SYNEIS)

Chaque année est différente. Il suffit d'une vague de chaleur et la mouche survit difficilement (ce qui est arrivé en France en juillet-août 2008 dans beaucoup de régions). Nombreux sont les oléiculteurs qui n'ont pas traité et qui n'avaient pas de piqûres jusqu'à la fin août.
Chaque verger est différent. L'irrigation, les variétés, le micro-climat, l'altitude, la lutte contre la mouche des années précédentes, l'isolement, sont des facteurs très importants qui influent sur le développement de la mouche de l'olive. Nombreux sont les oléiculteurs qui ont traité en juillet et en août 2008 car la mouche est arrivée dans leur oliveraie.

Répondre